top of page
Êtes-vous Robinson, Astérix, Centaure ou Iron Man de l'IA ?

Êtes-vous Robinson, Astérix, Centaure ou Iron Man de l'IA ?

Après des mois d'observation, d'écoute et de partage, j'ai identifié quatre archétypes comportementaux qui illustrent notre relation avec l'Intelligence Artificielle. Dans mon livre, "L'IA au service du marketing", vous pourrez :
 

  • Faire un quiz en début et fin de livre pour définir votre profil.

  • Découvrir l'impact de l'IA sur les compétences marketing, désignées sous le terme "skills". Ces compétences sont notées sur une échelle de 0 à 100, offrant une analyse précise de chaque profil.
     

Ces archétypes ne sont pas des cases rigides dans lesquelles nous devons nous enfermer. Ils agissent plutôt comme une photographie qui capture notre propre rapport à cette technologie à un instant T. Peut-être vous reconnaissez-vous dans l'un d'entre eux, ou peut-être êtes-vous en transition, cherchant encore votre place dans cette nouvelle réalité. L'important est de se poser la question : où vous situez-vous dans cette évolution continue qu'est l'IA, à cet instant particulier ?

LE QUIZ IA
Êtes-vous Robinson, Astérix, Centaure ou Iron Man de l'IA ?

1.    Comment percevez-vous l'IA dans votre vie quotidienne ? 
 

  • a) Je n'y pense pas vraiment, cela ne semble pas pertinent pour moi.

  • b) Je suis sceptique et préfère éviter de l'utiliser autant que possible.

  • c) Je l'utilise en combinaison avec mon jugement personnel pour améliorer mes tâches.

  • d) Je l'adopte pleinement, cherchant constamment les dernières innovations.

2.    Face à une nouvelle technologie, quelle est votre première réaction ? 

  • a) Si cela ne concerne pas directement mon travail ou ma vie, je l'ignore.

  • b) Je suis méfiant et préfère m'en tenir à ce que je connais.

  • c) Je suis curieux et cherche à comprendre comment cela pourrait m'aider.

  • d) Je suis enthousiaste et impatient de l'intégrer dans ma routine.

3.    Comment décririez-vous votre relation avec les avancées technologiques ? 

  • a) Distant.

  • b) Méfiant.

  • c) Collaboratif.

  • d) Fusionnel.

4.    Lorsque vous entendez parler d'une nouvelle avancée en IA, quelle est votre première pensée ? 

  • a) Encore une autre technologie dont je n'ai pas besoin.

  • b) Cela semble intéressant, mais je préfère attendre et voir.

  • c) Comment puis-je l'intégrer de manière éthique et efficace dans mon travail ?

  • d) Je dois l'essayer immédiatement !

5.    Si l'IA devait remplacer une partie de votre travail, comment réagiriez-vous ? 

  • a) Je ne pense pas que cela m'affectera.

  • b) C'est une menace pour mon métier et je m'y opposerai.

  • c) Je travaillerai avec elle pour améliorer mes compétences.

  • d) Je l'accueillerai à bras ouverts, tant que cela me donne un avantage.

6.    Quelle est votre opinion sur l'éthique de l'IA ? 

  • a) Je n'y ai jamais vraiment réfléchi.

  • b) C'est probablement une autre façon pour les entreprises de nous surveiller.

  • c) C'est essentiel pour une coexistence harmonieuse entre l'homme et la machine.

  • d) Tant que cela fonctionne à mon avantage, c'est secondaire.

7.    Comment décririez-vous votre niveau de connaissance en IA ? 

  • a) Qu'est-ce que l'IA ?

  • b) J'en ai entendu parler, mais je ne suis pas un expert.

  • c) Je suis bien informé et je continue d'apprendre.

  • d) Je suis à la pointe de la technologie et je cherche constamment à innover.

8.    Si vous deviez travailler sur un projet impliquant l'IA, quelle serait votre approche ? 

  • a) Je préférerais éviter cela.

  • b) Je serais prudent et poserais beaucoup de questions.

  • c) Je collaborerais avec l'IA tout en gardant le contrôle.

  • d) Je laisserais l'IA prendre les commandes et guider le processus.

9.    Quelle est votre plus grande préoccupation concernant l'IA ? 

  • a) Je n'en ai pas vraiment.

  • b) Qu'elle remplace les emplois et déshumanise la société.

  • c) Qu'elle soit utilisée sans éthique ni considération pour l'humanité.

  • d) Qu'elle ne soit pas utilisée à son plein potentiel.

10.    Enfin, comment voyez-vous l'avenir de l'IA ? 

  • a) Je ne pense pas que cela changera grand-chose pour moi.

  • b) Avec prudence et scepticisme.

  • c) Avec optimisme, en espérant une collaboration harmonieuse entre l'homme et la machine.

  • d) Comme une opportunité sans précédent de progrès.

Les 4 archétypes de l’Intelligence Artificielle

Robinson : L'isolé inconscient de l'IA

Robinson : L'isolé inconscient de l'IA 

Robinson Crusoe sur son île déserte, incarne une catégorie de professionnels pour qui l'IA est un concept lointain, voire totalement inconnu. "Jusqu'ici tout va bien," pourraient-ils dire, ignorant que le monde autour d'eux est en pleine mutation. Leur mantra pourrait être : "Pourquoi s'inquiéter de l'avenir quand le présent est si confortable ?" Ils sont les véritables Robinsons de l'ère numérique, isolés non pas par la mer, mais par leur propre indifférence ou ignorance. Dans le cadre de leur métier, ils ne se sentent pas du tout concernés par les avancées technologiques, considérant l'IA comme quelque chose de lointain et déconnectée de leur réalité professionnelle. Cette absence d'implication les maintient dans une bulle de confort, parfois renforcée par le fait que personne n'a pris le temps de leur expliquer correctement les enjeux de l'IA dans leur entreprise ou sphère personnelle, ou pire, en leur donnant des informations erronées du type "ça ne me concerne pas ". Cette désinformation peut les priver d'opportunités et d'une compréhension des transformations qui s'opèrent.

Astérix : Le résistant idéologique de l'IA 

Astérix : Le résistant idéologique de l'IA 

Astérix, ce Gaulois intrépide, symbolise une résistance farouche à l'adoption de l'IA. Le village du gaulois est une forteresse idéologique, alimentée par des mythes et des malentendus. "L'IA va prendre mon emploi", "L'IA fait des erreurs", "l'IA s'est comme le Metatruc, ça va faire pssschit !", "je ne vais quand même pas discuter avec une machine", "l'IA va utiliser mes données pour m'espionner" sont des refrains communs, et la liste ne s'arrête pas là. Ces réticences rappellent celles déjà observées lors de l'arrivée de l'informatique, puis d'internet et des réseaux sociaux, marquées par la peur et le scepticisme.  Leur potion magique ? L'ignorance volontaire. Ils n'ont souvent jamais essayé l'outil, ou s'ils l'ont fait, ils se sont arrêtés à la moindre approximation, comme si cela était un affront à leur intelligence.

Le centaure : L'équilibriste philosophique de l'iA 

Centaure : L'équilibriste philosophique de l'iA 

Le centaure , créature mythologique grecque, symbolise l'équilibre parfait entre l'humain et la machine, incarnant les pionniers d'une IA éthique et responsable. Prêts à s'adapter aux évolutions de leur environnement, ils perçoivent l'iA non comme une menace, mais comme un outil utile et un prolongement de leur intelligence, toujours guidés par la sagesse humaine. Dans notre monde de plus en plus hybride, qui touche à des domaines aussi variés que le télétravail, les moyens de transport hybrides et les smartphones où téléphoner devient presque accessoire, le centaure incarne cette hybridation. Souvent échappant aux catégories traditionnelles et fréquemment mal compris dans les entreprises, il allie intuitivement créativité et empathie humaines à la précision, l'analyse et la rapidité des technologies. Cependant, il choisit délibérément de ne pas exploiter toutes les capacités de l'iA, préservant ainsi un équilibre entre le progrès technique et le respect des valeurs humaines.

* iA : le centaure préfère écrire le "i" de l'intelligence artificielle en minuscule afin de conserver le "I" majuscule pour l'Intelligence Humaine (IH) !

Iron Man : Le fusionné ambigu de l'IA 

Iron Man : Le fusionné ambigu de l'IA 

Iron Man, ce génie milliardaire incarné par Tony Stark, représente ceux qui ont intégré l'IA comme une extension d'eux-mêmes, mais pas toujours pour le bien commun. Ce profil pousse à l'extrême l'utilisation de l'IA, flirtant souvent avec des limites éthiques. Ils sont les visionnaires qui voient dans l'IA une opportunité de transcender nos limitations humaines et croient souvent que les machines sont plus intelligentes que la plupart des humains. Cette conviction peut servir leurs propres intérêts, qu'il s'agisse de profit, de pouvoir ou de prestige, souvent motivés par la loi du moindre effort. Néanmoins, le chemin d'Iron Man comporte des écueils. Aveuglé par sa confiance dans les machines, il perd progressivement son esprit critique à mesure qu'il délègue de plus en plus de responsabilités à l'IA. Dans ce processus, l'humain devient un paramètre de la machine, appauvrissant ainsi ses propres capacités au détriment de la machine.

Dernière mise à jour : 11 juin 2024

bottom of page